A

1

Né à Chypre en 1967, le designer Michael Anastassiades fonde son studio à Londres en 1994. Il puise son inspiration dans l’univers de la joaillerie. Ses créations, majoritairement des luminaires, associent la sculpture, les arts décoratifs et le design industriel.  Elles sont présentes dans les collections permanentes de grandes institutions culturelles, comme le Museum of Modern Art à New York et le Victoria & Albert Museum à Londres. Il collabore avec de nombreux designers et fabricants tels que Hussein Chalayan, Swarovski Crystal Palace, Flos et Lobmeyr. Michael Anastassiades a été élu Designer de l’année 2020 par le Salon Maison & Objet, à Paris. Michael Anastassiades est représenté par Nilufar (Milan).

Lampe Crossette, Michael Anastassiades – 2017,
laiton et opaline, édition limitée, Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

2

Née en Espagne, Maloles Antignac vit et travaille entre Paris et Madrid. Elle développe autour de la sculpture une œuvre engagée qui interroge la féminité et notre relation à la nature. Résidente de la Fondation Martell en 2020, Maloles Antignac a participé à la création de l’œuvre collective pérenne Toguna sur la transmission du savoir au Palais de Tokyo, à Paris, en 2018. La galerie Gabriel & Guillaume lui a consacré le solo show Fertility Cycle, en 2019 à Paris, sous le commissariat de Marion Vignal. Ses œuvres ont également été exposées au Chili et au Mexique.

Pour Genius Loci, Maloles Antignac réalise une sculpture inspirée de l’Ange Volant de Gio Ponti.

Post-Nature Study, Maloles Antignac – 2021,
grès émaillé et cire, commission spéciale pour Genius Loci
crédit photo © Jérémie Léon

3

Né en 1975, l’architecte Franklin Azzi vit et travaille à Paris. Diplômé de l’École spéciale d’architecture, il poursuit sa formation à la Glasgow School of Art, en Écosse. En 2006, Il fonde l’agence Franklin Azzi Architecture. Avant-gardiste et adepte d’une approche transversale qui mêle architecture, architecture d’intérieur, design et art contemporain, il invente de nouveaux espaces de vie et de travail (The Bureau, Be In pour LVMH), repense l’aménagement urbain dans le respect de l’existant (Beaupassage pour Emerige) et met au point des structures démontables et amovibles (le pavillon sur le toit des Galeries Lafayette).

Pour Genius Loci, Franklin Azzi signe l’installation lumineuse baptisée Le Saint, œuvre inaugurale de l’expérience dans la cour d’entrée de L’Ange Volant. Une production Franklin Azzi Design, avec le soutien de Aurige et Dunod Mallier.

Le Saint, Franklin Azzi – 2021,
néon et acier, commission spéciale pour Genius Loci,
production Fonds de dotation Franklin Azzi,
avec le soutien de Aurige et Dunod Mallier
crédit photo © Jérémie Léon

B

4

Groupe d’architectes italiens, BBPR a été fondé en 1932 par Gian Luigi Banfi (1910-1945), Lodovico Barbiano di Belgiojoso (1909-2004), Enrico Peressutti (1908-1976) et Ernesto Nathan Rogers (1909-1969), quatre architectes diplômés de l’École polytechnique de Milan. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ils réalisent de nombreux projets d’architecture brutaliste à Milan : bureaux, logements et réhabilitations de palais. La philosophie de BBPR se situe à mi-chemin entre tradition et modernité. Convaincus qu’une avancée esthétique n’est possible que si elle tient compte de la fonctionnalité, ils ont créé un mobilier aux formes originales. Le studio a participé à la diffusion d’une nouvelle culture du design grâce à des collaborations fructueuses avec des sociétés importantes telles que Olivetti, Arteluce et Arflex. BBPR est représenté par Nilufar (Milan).

Canapé 2 places, BBPR – 1947,
Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

D

5

Né à Brescia en Italie en 1958, Maurizio Donzelli travaille le dessin, la peinture, la sculpture, le textile et l’installation en interrogeant le point de rencontre entre le réel, sa perception et ses représentations artistiques. Nourri de réflexions philosophiques, il explore notre rapport à la nature et à la réalité à travers les phénomènes visuels liés à la couleur et aux images. Le dessin, qu’il considère comme une démarche intellectuelle, occupe avec les miroirs une place centrale dans son œuvre. Symboles de notre vision singulière, les miroirs reflètent l’inévitable inexactitude de notre compréhension du monde. Maurizio Donzelli est représenté par la Galerie Italienne (Paris).

Mirror 2418, Maurizio Donzelli – 2018,
technique mixte et verre prismatique, Galerie Italienne
crédit photo © Jérémie Léon

Mirror 4915 A, Maurizio Donzelli – 2015,
technique mixte, Galerie Italienne
Mirror 2614 A, Maurizio Donzelli – 2014,
technique mixte, Galerie Italienne
crédit photo © Jérémie Léon

Oro, Maurizio Donzelli – 2021,
collage de toile dorée et résine sur bois, Galerie Italienne
crédit photo © Jérémie Léon

6

Sophie Dries est architecte et designer. Après avoir collaboré avec les Ateliers Jean Nouvel, l’agence Pierre Yovanovitch et Liaigre, elle crée son studio à Paris en 2014, puis un second à Milan en 2017. Son travail allie architecture, architecture d’intérieur et design dans une approche avant-gardiste qui fait dialoguer les techniques traditionnelles et la modernité. Elle crée des pièces de mobilier et des œuvres en céramique dans une recherche de « l’essence cosmique de la matière ». Sophie Dries est représentée par Nilufar (Milan).

Pour Genius Loci, Sophie Dries réalise un miroir en verre de Murano, en partenariat avec Nilufar (Milan).

Miroir Alchemia, Sophie Dries – 2021,
verre de Murano et minéraux, Nilufar gallery,
création spéciale pour Genius Loci
crédit photo © Jérémie Léon

E

7

Née en 1974, Latifa Echakhch est une artiste plasticienne franco-marocaine qui vit et travaille à Martigny (Suisse). Son œuvre, entre surréalisme et conceptualisme, questionne l’importance des symboles et traduit la fragilité du modernisme. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles dans des musées internationaux tels que le Centre Pompidou à Paris, la Tate Modern à Londres ou la Fondation Memmo à Rome. Elle a participé à des expositions de groupe au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Palais de Tokyo ou au MoMA PS1 à New York. Latifa Echakhch a remporté le Prix Marcel Duchamp en 2013 et le Zurich Art Prize en 2015. Elle a été choisie pour représenter la Suisse lors de la 59e Biennale d’art contemporain de Venise en 2022. Latifa Echakhch est représentée par kamel mennour (Paris/Londres). 

Bend the herbs from left to right, helping with the feet,
make a large circle around, so large that could not see any way
,
Latifa Echakhch – 2019, encre de chine et encre sépia sur toile,
kamel mennour (Paris / London)
crédit photo © Jérémie Léon

8

Designer sonore et compositeur, Jérôme Échenoz est le fondateur du studio Adorable et le co-fondateur d’Institubes, label indépendant de musique électronique. Ancien DJ et producteur de groupes de rap, il est parolier pour de nombreux interprètes de la jeune scène française. Il collabore régulièrement avec des designers et artistes sur des créations sonores.

Pour Genius Loci, Jérôme Échenoz compose une musique originale, qui sera diffusée sous forme d’installation sonore dans la villa L’Ange Volant, en partenariat avec Bang & Olufsen.

Portrait de Barnabé Fillion
© Aesop

F

9

Barnabé Fillion est un parfumeur-créateur français. Il s’est consacré à l’art olfactif après s’être formé à la photographie et à la botanique. Depuis plus de dix ans, il conçoit des fragrances en utilisant des techniques traditionnelles de fabrication artisanale. Ses créations s’inspirent de ses nombreux voyages et sont composées à partir d’une majorité d’ingrédients naturels. Il recherche de nouvelles façons de créer des parfums en hybridant innovation et tradition. Barnabé Fillion collabore régulièrement avec des marques de mode et des artistes sur des projets spécifiques. Il est l’auteur des parfums de la marque australienne de cosmétiques bio Aesop, dont la dernière création Rozu a été réalisée en hommage à la designer et pionnière du modernisme Charlotte Perriand.

Pour Genius Loci, Barnabé Fillion crée un parfum dans le parcours de l’exposition, inspiré de l’esprit de L’Ange Volant de Gio Ponti, diffusé sous forme d’installation olfactive pendant l’exposition.

Portrait de Barnabé Fillion
© Aesop

10

Créateur atypique, artisan, graphiste et poète, Piero Fornasetti (1913-1988) est un personnage à part dans l’univers du design italien, sans doute l’un des plus prolifiques artistes décorateurs du XXe siècle. Entre art et artisanat, son œuvre foisonnante témoigne de son imagination sans limites, de sa virtuosité dans l’art de raconter des histoires à travers d’inimitables meubles, objets et décors. Piero Fornasetti est représenté par Nilufar (Milan).

Trumeau, Piero Fornasetti – 1956,
bois laqué, transfert lithographique effet « malachite »,
Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

G

11

Roberto Guilio Rida est né à Milan en 1943. D’abord antiquaire, il fréquente les maîtres de Murano qui lui enseignent le métier du verre. A partir de 1973, il se spécialise dans les arts du XXe siècle et crée des luminaires et du mobilier habillé, recouvert ou détouré de verre et de cristal. Sans se soucier des courants, il entraîne dans un monde étrange où s’entrechoquent la science-fiction, la Renaissance italienne et l’intensité d’une lumière minérale. Roberto Giulio Rida est représenté par la Nilufar (Milan).

Cabinet Penta , Roberto Giulio Rida – 2018,
bois, verre et cristaux, Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

12

Né en 1972 à Mulhouse, Laurent Grasso vit et travaille entre Paris et New York. Ses films, sculptures, tableaux et photographies immergent dans un monde d’incertitude troublant. Il crée des atmosphères mystérieuses qui remettent en cause les frontières de nos perceptions et de nos connaissances. Il réalise de nombreuses commandes publiques et privées et expose dans les plus grandes institutions. En 2020, il a été invité par le Musée d’Orsay à réaliser l’œuvre-installation Artificialis, venant dialoguer avec l’exposition événement Les Origines du monde. Pensionnaire de la villa Medicis à Rome en 2004. Laurent Grasso est lauréat du prix Altadis en 2005, du prix Marcel-Duchamp en 2008 et du Meru Art*Science Award de Bergame en 2017. En 2015, il a reçu la médaille de chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. Laurent Grasso est représenté par Perrotin (Paris). 

Future Herbarium, Laurent Grasso – 2020,
bronze blanc, Courtesy Perrotin
crédit photo © Jérémie Léon

Sans Titre (sculpture enfant), Laurent Grasso – 2018,
bronze, Courtesy Perrotin
crédit photo © Jérémie Léon

Studies into the past, Laurent Grasso,
huile et feuille de palladium sur bois, Courtesy Perrotin
crédit photo © Jérémie Léon

13

Née en 1981, l’artiste plasticienne Milène Guermont vit et travaille à Paris. Après des études d’ingénieur, elle intègre l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs où elle se fait remarquer pour ses œuvres en béton polysensoriel conjuguant poésie et innovation. Elle crée le monument Instants pour le 70e anniversaire de la Seconde Guerre Mondiale à Utah Beach, la tombe Causse au cimetière Montparnasse et l’installation monumentale Phares présentée place de la Concorde à Paris en 2015, dans le cadre de « l’année internationale de la lumière », initiée par l’Unesco.

Pour Genius Loci, elle dévoile en exclusivité une création textile réalisée dans le cadre de la construction à Paris de Maison Guermont, conçue comme une œuvre d’art totale, réunissant plus de soixante entreprises et artisans.

Chemisier Cannetille, Milène Guermont – 2020,
Jupe 1,2,3 Soleil, Milène Guermont – 2020,
Souliers Cleopatra, Milène Guermont – 2020,
pièces uniques, Collection Maison Guermont
crédit photo © Jérémie Léon

H

14

Née en 1978 à Paris, Camille Henrot vit et travaille entre New York et Berlin. Ses œuvres témoignent d’une grande variété de médiums (installations, sculptures, dessins et vidéos). Lion d’argent de la meilleure jeune artiste à la biennale de Venise 2013 pour son œuvre Grosse Fatigue, le travail de Camille Henrot reconsidère les typologies d’objets et les systèmes de pensée établis. Camille Henrot présente son travail dans des expositions personnelles au Palais de Tokyo à Paris, au Hammer Museum à Los Angeles, à la Tokyo Opera City Art Gallery et à la Fondazione Memmo à Rome.  Camille Henrot est lauréate du Prix Nam June Paik en 2014 et du Edvard Munch Art Award en 2015. Camille Henrot est représentée par kamel mennour (Paris/Londres). 

Amoeba, Camille Henrot – 2014,
bronze, métal et plastique, kamel mennour (Paris / London)
crédit photo © Jérémie Léon

L’Amour des animaux, Camille Henrot – 2014, (« Tropics of Love » series),
diptyque, encre de chine sur papier, kamel mennour (Paris / London)
crédit photo © Jérémie Léon

K

15

Mathias Kiss est un artiste contemporain français d’origine hongroise, né en 1972 à Poissy. Il vit et travaille à Paris. Il mène une réflexion autour de la dé-construction de l’héritage classique à la croisée de la peinture, de la sculpture et de l’architecture. Son travail provoque l’effacement des barrières entre l’art et l’artisanat, dans la lignée de courants comme le mouvement Arts & Crafts ou l’école du Bauhaus. Il expose au Musée des Arts Décoratifs en 2016, et au Palais des Beaux-Arts de Lille en 2019. En 2013, il obtient le Wallpaper Design Award puis le Young International Art Fair Brussels Award en 2016. Il a été président du jury du Grand Prix de la Création de la ville de Paris – catégorie métiers d’art – en 2020.

Pour Genius Loci, Mathias Kiss réalise une installation inédite en feuilles d’inox poli dans le jardin de L’Ange Volant de Gio Ponti.

Sans 90 degrés, Mathias Kiss – 2021,
miroir, pièce unique, Galerie Armel Soyer
crédit photo © Jérémie Léon

Sans 90 degrés Sky Mirror, Mathias Kiss – 2021,
miroir, commission spéciale pour Genius Loci,
production Mathias Kiss
crédit photo © Jérémie Léon

16

Depuis leur rencontre à l’école d’architecture des Beaux-Arts de Paris et la création consécutive de leur studio en 2000, Karl Fournier et Olivier Marty apposent leur écriture singulière à toutes les échelles de leurs projets. Héritier d’une formation classique, le duo revendique une approche globale et immersive de son métier, de l’architecture à l’architecture d’intérieur en passant par le design de mobilier. Architecte du musée Yves-Saint-Laurent à Marrakech, de l’hôtel Chiltern Firehouse à Londres, auteur de la rénovation du mythique Château-Marmont à Los Angeles, Studio KO conçoit pour chacun de ses projets du mobilier pièce unique, source d’expérimentation inédite, de rencontres avec de nouvelles textures, techniques et lumières.

À travers le miroir, Studio KO – 2020,
table en verre et miroir
crédit photo © Jérémie Léon

17

Née en 1979 à Katowice, en Pologne, Alicja Kwade est une artiste plasticienne qui vit et travaille à Berlin. L’œuvre d’Alicja Kwade questionne notre réalité et reflète les notions de temps et d’espace dans notre vie quotidienne. Son travail sculptural explore la matière et recourt aussi bien à des objets issus du quotidien qu’à des matériaux bruts tels que le verre, le bois ou encore le cuivre. Lors de sa participation à la Biennale de Venise en 2017, Alicja Kwade a présenté l’œuvre WeltenLinie qui initiait son exploration singulière de l’espace et de sa perception. En 2019 elle crée une installation monumentale pour le toit du MET de New York. Alicja Kwade est représentée par kamel mennour (Paris/Londres).

CitrusQuantum, Alicja Kwade – 2020,
bronze et marbre, kamel mennour (Paris / London)
crédit photo © Jérémie Léon

L

18

Architecte du paysage, le Belge Bas Smets a fondé son agence à Bruxelles en 2007. Il conçoit dans le monde entier des projets d’aménagements, du parc urbain au jardin privé. Il est notamment l’auteur des dix hectares du parc Thurn & Taxis à Bruxelles et du front de mer Himara en Albanie. Il a été choisi pour concevoir le Parc des Ateliers de la fondation Luma à Arles, en étroite collaboration avec les architectes Frank O. Ghery et Annabelle Selldorff. Eliane Le Roux est une architecte franco-argentine, graphiste et décoratrice. Elle a fondé en 2014 UNDR, un studio de création basé à Paris évoluant aux carrefours de l’art, du graphisme et de la technologie. Ensemble, le duo a conçu une série de pièces de mobilier d’extérieur dont le banc Salta, réalisé en pierre de Belgique et exposé en exclusivité dans Genius Loci.

Salta Blue, Bas Smets & Eliane le Roux – 2021,
banc en pierre bleue de Belgique
crédit photo © Jérémie Léon

M

19

Architecte d’intérieur et designer, Marion Mailaender vit et travaille entre Paris et Marseille d’où elle est originaire. Figure de la nouvelle scène française, elle crée aussi bien des objets que des scénographies, réalise des projets résidentiels et commerciaux. Dans chacune de ses réalisations, la créatrice révèle son audace et son humour, se jouant des conventions et n’hésitant pas dépasser les limites de goût, à détourner références, codes, matériaux et typologies. Elle a collaboré avec l’artiste Sophie Calle, la créatrice de mode Amélie Pichard et le designer colombien Esteban Cortazar.

Chaise Superpesante, Marion Mailaender – 2017,
bronze, pièce unique
crédit photo © Jérémie Léon

20

Né à Osaka au Japon en 1980, Nao Matsunaga vit et travaille à Londres. Son travail, influencé par les mythes, les symboles et les objets rituels aborde les notions de dualité et d’opposition en mêlant les médiums tels qu’argile et bois ou en juxtaposant les contraires : mat et brillant, organique et géométrique. Nao Matsunaga est représenté par Nilufar (Milan).

Broker, Nao Matsunaga – 2019,
porcelaine émaillée, Nilufar Gallery
Gaze, Nao Matsunaga – 2019,
porcelaine émaillée, Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

21

Né en 1976, l’artiste et designer Julian Mayor vit et travaille en Angleterre. Diplômé d’une Maîtrise au Royal College of Art en Design Products, il se fait connaître pour ses œuvres sculpturales en acier soudé. Chacune de ses œuvres est créée sur ordinateur puis élaborée dans son atelier. En 2004, il collabore avec le designer britannique Tom Dixon, expose au Victoria & Albert Museum à Londres et au Museum of Arts and Design, à New York. Julian Mayor est représenté par Armel Soyer (Paris). 

Jagged Edge, Julian Mayor – 2021, sculpture en acier soudé,
création spéciale pour Genius Loci, Galerie Armel Soyer
crédit photo © Jérémie Léon

N

logo_nucleo

Studio Nucleo est un collectif d’artistes et de designers basé à Turin en Italie. Fondé en 1999 par Stefania Fersini, Alice Carlotta Occleppo et Alexandra Denton, le studio est dirigé par Piergiorgio Robino. Nucleo intervient dans les champs de l’art contemporain, du design et de l’architecture. Inspiré par le temps, l’humain et l’évolution, le travail du studio mêle théories et expérimentations pour évoquer le passé, le présent et le futur. Les créations de Studio Nucleo ont été exposées dans le monde entier, notamment au Centre Pompidou à Paris et au MoMa à New York. Studio Nucleo est représenté par Nilufar (Milan).

Banc Color Lenses, Piergiorgio Robino, Studio Nucleo – 2020,
résine époxy, Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

O

22

Né en 1969 en Angleterre, le designer d’origine franco-irlandaise Damian O’Sullivan vit et travaille entre Paris et Bruxelles. Son approche de l’objet, qu’il soit accessoire de table, de mode, pièce de décoration ou de mobilier, repose sur une réflexion permanente sur l’usage et une place de choix accordée aux matériaux. Dans chacun de ses projets, Damian O’Sullivan cherche à surprendre, parfois à la limite du visible. Diplômé du Royal College of Art à Londres, il a enseigné à la Design Academy d’Eindhoven et a fondé le studio O’Sullivan à Bruxelles. Ses créations ont notamment été éditées par Hermès, Delvaux, Philips, Rosenthal et Louis Vuitton.

Pour Genius Loci Damian O’Sullivan conçoit deux pièces inédites, un bougeoir et un vase, inspirés de la villa L’Ange Volant de Gio Ponti.

Bougeoir Louange, Damian O’Sullivan – 2021,
aluminium et laiton, Edition Studio O’Sullivan
commission spéciale pour Genius Loci,
crédit photo © Jérémie Léon

Vase Solange, Damian O’Sullivan – 2021,
faïence, commission spéciale pour Genius Loci,
Edition Studio O’Sullivan
crédit photo © Jérémie Léon

P

23

Architecte et designer, Domenico, dit Ico, Parisi (1916 – 1996) incarne le style moderne italien des années 1950. En 1945, Ico Parisi organise la première exposition de mobilier contemporain à Côme. Sa collaboration avec Gio Ponti, Lucio Fontana ou encore Bruno Munari influence sa vision de l’architecture et du design de mobilier. Il crée des intérieurs, du mobilier fait de bois et de métal, de la verrerie, des bijoux, des projets d’architecture, conçus seul ou avec sa femme Luisa. De nombreux fabricants éditent ses meubles (Singer & Sons, MIM, Cassina, Cappellini, Altamira…). Ico Parisi est représenté par Nilufar (Milan).

Fauteuils, Ico Parisi – 1949,
Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

24

Architecte, designer, peintre, dessinateur, fondateur de la revue DOMUS qu’il lance en 1928, Gio Ponti fait partie des grands maîtres italiens dont l’œuvre protéiforme s’étend sur six décennies. Né à Milan en 1891 et disparu en 1979, Gio Ponti exprima sa créativité aussi bien dans des projets d’architecture publique et privée, des églises, des universités, des résidences. Designer prolifique, passionné par la céramique et les savoir-faire, il fut un ardent défenseur de l’art de vivre italien et un protagoniste majeur du design italien de l’après-guerre. Ses œuvres les plus connues sont la Tour Pirelli, construite de 1956 à 1960 à Milan, la villa Planchart à Caracas et la chaise Superleggera, créée pour Cassina en 1957. Conjugaison de néo-classicisme et de modernisme, la villa L’Ange Volant, à Garches, près de Paris – commanditée Tony Bouilhet et construite entre 1925 et 1927 -, représente sa première réalisation architecturale à l’étranger. Pour la première fois, Gio Ponti y pose les bases de son concept de Casa all’italiana. Des poignées de porte aux plafonds peints en passant par les miroirs gravés et les luminaires, il y dessine sa première esquisse d’œuvre d’art total.

Les pièces originales de Gio Ponti présentées dans l’exposition Genius Loci font partie de la collection Nilufar (Milan).

Fauteuils Première classe, Gio Ponti & Giulio Minoletti – 1950,
modèles réalisés par Officine Breda pour la Première classe
du train ETR 300 Settebello, Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

S

25

Née en 1961, l’artiste et plasticienne Agnès Sébyleau vit et travaille à Paris. Diplômée en cinéma et en Lettres Modernes, elle s’initie progressivement aux arts créatifs. Inspirée par l’aspect minimal des objets, elle confectionne des sculptures en ficelles crochetées, en grillage assemblé et en intissé cousu. Agnès Sébyleau est représentée par Armel Soyer (Paris). 

Pour Genius Loci, elle réalise une sculpture textile inspirée de L’Ange Volant.

Angelo, Agnès Sébyleau – 2021,
chanvre et lin, Galerie Armel Soyer, pièce unique,
création spéciale pour Genius Loci
crédit photo © Jérémie Léon

T

26

Né en 1980 à Huddersfield au Royaume Uni, Jonathan Trayte vit et travaille à Margate dans le Kent. Inspiré par l’avidité de la société de consommation et l’influence de la publicité sur les prises de décision, le travail de Jonathan Trayte réinterprète le monde naturel en créant des facsimile surréalistes aux couleurs saturées dans des matériaux divers. Il explore la psychologie du désir à travers les surfaces, les matériaux, la lumière et la couleur. Il a participé à de nombreuses expositions internationales notamment en 2015 à la Royal Academy of Arts à Londres. En 2019, il a réalisé une installation monumentale commandée par Sculpture in the City pour la ville de Londres. Jonathan Trayte est représenté par Nilufar (Milan).

Kaaawa Lawn, Johnathan Trayte – 2019,
bronze, Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

Woman with Fruit, Jonathan Trayte – 2019,
bronze, Nilufar Gallery
crédit photo © Jérémie Léon

W

Formée aux Beaux-Arts de Paris, Alix Waline étudie le textile à l’école de La Cambre de Bruxelles. Inspirée par les cellules du corps humain, l’artiste s’initie à l’esthétique pointilliste et collabore avec des hôtels (le Chess Hôtel) et des restaurants (Kinugawa, Table et Akrame) à Paris avec la complicité de l’agence d’architecture d’intérieur Gilles & Boissier. Son dessin mêle les formes organiques et l’abstraction. Alix Waline est représentée par Armel Soyer (Paris).

Sabatina Leccia est une artiste française née en 1984 qui vit et travaille à Montreuil près de Paris. Ses œuvres oscillent entre l’art et l’artisanat. En 2012, elle est diplômée du MA Material Futures à la Central Saint Martin’s School of Art and Design à Londres où elle développe la broderie expérimentale. Avant d’installer son atelier à Paris, elle travaille comme brodeuse indépendante pour la haute couture. En 2015, elle expose sa série Peinture Broderie à la galerie Amélie de Borchgrave à Bruxelles. Sélectionnée pour une résidence d’art en Estonie, elle y développe Poetic Plastic.

En 2019, Sabatina Leccia est choisie par Patou pour broder le costume de l’académicienne Barbara Cassin en collaboration avec La Fabrique Nomade et le studio Baqué Molinié.

Nucleus, Alix Waline & Sabatina Leccia – 2020,
encre, calque et broderie sur papier Arches, Galerie Armel Soyer
crédit photo © Jérémie Léon